Politique de rémunération

Aspects généraux

A ce jour, la politique de rémunération variable mentionnée ci-dessous n’est pas applicable au sein de Futur Investment Managers, aucune rémunération variable n’ayant été mise en œuvre.

L’objectif recherché est un dispositif de rémunération variable qui soit en lien avec la richesse créée par l’entreprise sur le long terme, et qui permette de conjuguer l’intérêt de l’entreprise et celui du client.

Il a donc été décidé de mettre en place des critères quantitatifs, qualitatifs et managériaux afin de limiter le poids de la performance strictement financière :
– travail en équipe ;
– transparence ;
– partage de l’information ;
– participation à la réussite collective.

La politique salariale est décidée et revue annuellement par les deux responsables de la société de gestion. En amont de sa mise en œuvre, l’Autorité des Marchés Financiers en sera informée.

La partie variable est une fonction de la somme globale des commissions au titre de la surperformance. Plusieurs plafonds sont prévus. La somme des rémunérations variables est :
– d’une part inférieure ou égale à 25% de la somme totale des commissions de surperformance et
– d’autre part inférieure ou égale à 200% du salaire fixe de chaque collaborateur.

Elle est notifiée au responsable de la conformité.

Rémunération des dirigeants

Conformément aux recommandations de l’AMF, la périodicité de révision de la rémunération fixe est annuelle. Cette augmentation est présentée au RCCI en indiquant l’augmentation par rapport à l’exercice précédent et si elle est significative, les raisons de cette augmentation.

De la même manière que l’ensemble des collaborateurs, la partie variable des dirigeants sera déterminés en fonction des critères qualitatifs et quantitatifs suivants :
– travail en équipe ;
– transparence ;
– partage de l’information ;
– participation à la réussite collective ;
– performance financière de la société.

Les critères de rémunération variable respectent le code de déontologie de l’AFG (association à laquelle la société adhèrera à sa création). Ces critères seront d’ordre tant qualitatif que quantitatif, et feront l’objet d’une revue annuelle.

La ventilation de la partie variable est décidée à chaque fin d’année par les deux responsables de la société de gestion et est versée, l’année suivante, en quatre échéances trimestrielles.